Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La virgule de Louis

Flux rss Flux rss des commentaires

Grand déménagement

  Je sais pas vraiment si ça sert à quelque chose, vu que - dans l'hypothèse où y a encore des clampins qui viennent ici de temps à autres - vous avez sûrement remarqué les articles qui disparaissent ou encore l'inactivité prononcée. C'est normal. En effet, après tout ce temps je me décide enfin à changer d'hébergeur, ce qui est cool. Genre vraiment. J'ai commencé à ramener d'anciens articles, notamment toute l'archive 2016 et un bout de 2015, et je compte faire le reste bientôt.
  Pour l'instant, nous sommes à un rythme de un article par semaine, tous les mercredis - ou jeudi si c'est un Coup-Critique. C'est une solution qui me convient, et qui permet plus de temps pour préparer des trucs. Enfin bref. Du coup je déménage, j'ai déjà accroché les posters, et changé la sonnette : c'est un truc tout neuf qui vient de naître et j'en suis plutôt fier.
  Donc voilà l'adresse : https://lavirguledelouis.wordpress.com/, pour l'instant j'ai publié 7 articles "inédits" et on retrouve notamment deux bons gros Coup-Critiques des familles, un Critical-Series assez spécial mais aussi, beaucoup, beaucoup, beaucoup de Tranche de Vie - à un rythme de une par mois ça va assez vite.
  Donc enjoy the new vibe, et puis... A+, non ?

L'héritage de Romero

zombies-07.jpg

  Les infectés dans The Last of Us, les fondus dans le Labyrinthe, ou encore les geeks dans The Walking Dead - la série, pas le comics -, serait-ce la mode de ne pas appeler un chat un chat et de donner des noms de plus en plus abracadabrant à ce que l'on appelle communément un zombie ? Vous savez, ces créatures humanoïdes, normalement mortes et qui n'ont qu'une seule envie, vous bouffer la cervelle. De plus en plus dans les médias, on assume de moins en moins le choix des principaux protagonistes horrifiques de notre histoire. Il est vrai qu'aucune loi, aucune règle n'a été édictée sur le nom que l'on doit donner à ces créatures, et puis comme le dit Max Brooks au début de son Guide de Survie en Territoire Zombie : "Zombies, goules, somnambules - appelez les comme vous voudrez." Comme s'il avait pris connaissance du débat qui a lieu lorsqu'il s'agit du nom exact de ces morts-vivants, et qu'il dressait un gros doigt signifiant "On s'en fout du nom, après tout c'est pas ça qui importe !"
  Serait-ce pour ne pas faire comme la concurrence que l'on décide de changer de nom à chaque fois qu'un de ces infectés/fondus apparaît dans une œuvre ? Apporter une touche de fraîcheur dans ce paysage culturel où se bousculent des millions de morts ? Décider d'être original au milieu de tout ça alors que, ben en fait le traitement est le même, ce n'est généralement pas très différent d'une œuvre à l'autre, et à ce jour aucune œuvre, si ce n'est Warm Bodies, n'a traité le zombie différemment que les autres œuvres, et ça malgré les noms d'oiseau qu'on peut leur donner.

Not Afraid

  Cela fait trois fois que je réécris cet article, ne sachant pas vraiment quoi dire tant tout a déjà été dit. Apporter une pierre à une édifice, surtout ce genre d'édifice, ne sert à rien, surtout lorsque le message transmis peut se résumer à "N'ayez pas peur !", "Tout mon soutien aux parisiens" ou encore "Pas d'amalgames !"
  Et c'est donc en écoutant le dernier album d'Eminem que je vais vous transmettre de la putain de bonne humeur ! Tout du moins en essayant. Car ouais, les terroristes - et non pas djihadistes, c'est tout sauf le djihad qu'ils font - nous ont peut être fait mal vendredi soir, ils nous ont également fait mal en début d'année, pourtant on est encore là. C'est qu'une épreuve à surmonter, et - pour tomber dans le cliché - nous la surmonterons ensemble. La minute de silence d'aujourd'hui fut d'ailleurs touchante en ce point. J'ignore si c'est le fait d'être au lycée qui fait ça, donc la maturité, mais cette minute de silence fut beaucoup plus respectueuse que celle de Janvier, sur bien des points. Comme toujours j'ai versé ma larmichette, faut pas déconner...
  Mais, plus sérieusement, ce qu'il s'est passé est réellement horrible. Mais ne vous empêchez pas de sortir pour autant, ce serait franchement dommage que Charlie ne nous ait rien appris là-dessus. Avoir peur est normal, totalement, même moi j'ai commencé à avoir peur durant mes cours ce matin. Pourtant, se priver des plaisirs qui font que la vie est belle - imaginez alors des papillons qui volent - serait vachement con, surtout dans cette situation.
  J'ai alors apporté une pierre à un édifice bien difficile à consolider. Que cet article ne vous ait pas plus, que vous le trouviez mal écrit ou bien sans intérêt, irrespectueux, je m'en fous. Je crois qu'on a plus important à gérer, non ?

Hitek #8 - Les Inhumains, pourquoi pas ?

inhumains-film-marvel.jpg

  Si jamais certains s'inquiétaient de mon absence sur le site qu'est Hitek.fr, ne cherchez plus, me voilà ! Enfin bref, me voici de retour et avec mon équipe de super-héros favorite. Je suis très content ce cet article, déjà il a plutôt bien fonctionné - 18 étant le nombre en moyenne de réactions sur mes articles de l'époque - et puis les commentaires sont tous vraiment intéressants et pas si différents de ce que je m'imaginais à la base - les corrections, les types qui approuvent, etc... Et puis cela change vraiment de ce que j'écrivais à l'époque, ça fait réellement de bien. Je veux dire, depuis l'article sur New Avengers, une routine s'est installée, celle de faire l'historique de chaque comics dont je parlais. Et si cela pouvait être captivant à lire, je trouvais que cela manquait cruellement de personnalité, je piochais des infos sur Wikipédia - car je n'ai jusqu'à présent ni la science infuse ni un doctorat en comicsologie - que je remaniais pour que cela colle à mon "style" et puis basta. Pour le coup j'ai réellement apprécié d'écrire cet article, et j'espère prendre autant de plaisir à écrire le prochain, après tout plus que deux et j'ai mon cadeau !
  Sur ce, je vous laisse le lire, le lien est ici, et donc j'espère que vous l'apprécierez !

  Avant toute chose, je pense publier deux articles assez spéciaux. Premièrement, le premier Coup-Critique Spécial de la nouvelle version. Je ne vous dis pas de quel film je vais parler, mais croyez-moi que l'article va être assez gros si mes notes sont représentatives de la réalité. Pour expliquer vite fait ce qu'est un Coup-Critique SP, c'est un Coup-Critique normal mais soit sur un film que j'ai vu dans une condition différente de celle d'une salle de cinéma - à la télé ou par téléchargement - soit un film que j'ai vu lors d'une soirée spéciale - comme le SP sur le marathon Hunger Games. Aussi, pendant que j'y suis, deux Coup-Critique vont arriver et un Hors-Série est en préparation, mais je pense y revenir.
  Aussi, il y aura un HS Critical-Series, sur un truc qui me tient réellement à cœur et que j'ai vraiment apprécié à suivre, dont je vous reparle bientôt. Bon, moi, je vous dis A+ !

La raison de la Converse rouge

  J'ai reçu, durant les vacances, les seuls chaussures pour lesquelles j'ai un minimum de respect. Avoir des Converses n'est pas seulement un délire de whovian à la con, et ce n'est pas seulement une volonté d'être street cred. Si je dois remonter à une date précise, cela devrait être durant mon enfance. Oui, le désir d'obtention de ces chaussures remonte à mon enfance.
  À l'époque, ma série animée, parmi tant d'autres, était Détective Conan. Un héros auquel je m'identifiais au look identifiable, un esprit de déduction si développé que Ran n'a toujours pas déduit que Conan est en réalité Shinichi même après 80 volumes, tout était réuni pour me faire kiffer le héros et sa série ! Si bien que je voulais à tout prix lui ressembler, je m'étais, d'ailleurs, fabriqué un nœud de papillon en papier qui ne tenait à mon col que grâce à un pin's. J'étais alors touché par une véritable Conan mania, et à chaque fois que je ratais un épisode, que ce soit le début ou la résolution d'une enquête, je ne vous cache pas qu'une rage sauvage et fulgurante m'habitait. Bien sûr, maintenant j'ai grandi, et regarder un seul de ces épisodes en VF m'insupporte, mais la volonté de ressembler au plus grand des petits détectives est toujours restée en moi, quelque part entre être admis à Poudlard et avoir mon propre TARDIS.
  Et là, en un jour fatidique, je reçus ces chaussures, et cela peut sembler ridicule mais j'étais heureux. Car j'aurais tant aimé voyager dans le temps, tant retrouver ce moi enfant, devant Cartoon Network, et lui dire : "Tu sais, la VO est mieux. Et un jour, t'auras presque les mêmes chaussures que Conan, et ça pétera la classe." Et qu'est-ce que ça pète la classe!

  Enfant, et comme tous les enfants du monde, je suis allé au cirque. Plusieurs fois, bien sûr, mais il y en a bien un qui m'a marqué, à savoir le cirque Medrano. J'ai appris récemment que le spectacle a été annulé suite à une maltraitance des animaux. Je me rappelle qu'à l'époque, mon numéro préféré, je devais être enfant, c'était celui des motos qui roulaient dans une boule en fer. Je trouvais ça impressionnant, c'était même l'une des raisons pour lesquelles je suis allé voir le spectacle, et puis c'était comme dans les Simpsons : Le Film ! Si aujourd'hui on me demande quel est mon numéro préféré, maintenant que j'ai grandi, je répondrais sûrement celui des motos qui roulaient dans une boule en fer. Je trouve ça impressionnant, c'est même l'une des raisons pour lesquelles je suis allé voir le spectacle. Et puis c'est comme dans les Simpsons : Le Film !

TOP 5 - Les chansons détruites dans The Voice

the-voice-626x350-10698982pzjoe_1713.jpg   Bonjour à vous ! Trois articles sont actuellement en route, j'en profite donc pour faire ce pitit article.

  The Voice repose sur un concept... Intéressant. En effet le jury pour accepter une personne dans son équipe doit se retourner. Cela sert soi-disant à ne pas juger sur le physique, même si 100% du reste de l'émission ne repose que sur le physique mais là n'est pas le problème. Il arrive parfois que certaines personnes défoncent à coup de batte de base-ball recouverte de piques trempée dans du vinaigre certaines grand classiques - ou bien juste de bonnes chansons - de la musique internationale (France comprise). Aujourd'hui attardons-nous sur les 5 personnes qui auraient dus fermer leurs gueules !

Numéro 5, 4, 3, 2 et 1 :

  Alors soyons clair, The Voice et moi on est pas trop pote. Et donc les rares fois où je regarde, c'est quand mes parents regardent. Et donc ce soir-là je suis tombé sur Johanna Serrano, une fille banale qui a repris The Sound of Silence de Simon'n'Garfunkel, l'un des plus grands classiques de la chanson triste d'après moi. Mes amis, ce soir-là un mythe est brisé... Pour écouter l'immonde et infâme reprise, c'est ici.

  Tout de suite soyons clair : on peut dire que c'est un troll en quelques sortes. Mais pas trop. Je suis beaucoup attaché à la version d'origine, non seulement parce qu'elle fait partie de la BO de mon second film favori, Watchmen, et en plus l'ambiance globale de la chanson favorise l'écriture lors de passages tristes. Bon bien sûr c'est une belle chanson, mais ça tout le monde le sait non ? Elle est belle et triste et une fois les paroles comprises, je suppose qu'elle est encore plus belle et triste. Et je ne suis pas contre les reprises, quand elles sont bien faits il y a pas de soucis. Et si l'ambiance de la chanson d'origine est préservée, c'est encore mieux ! Mais là... Là... Je ne retrouve en rien la chanson qui m'a fait les chansons tristes, celle qui m'a permis tant de fois d'écrire de sombres fictions les jours de pluies, celle qui m'a aidé à écrire la majorité des articles présents sur ce blog. Mais là elle s'est appropriée la chanson, à un point que je ne peux supporter, cela paraît égoïste de ma part, puisque cette chanson n'est pas ma propriété, mais cela fait quand même mal au cul de passer d'une chance qui te donne envie de te bourrer au Prozac à ça...

  Bon, ce "troll" terminé, je retourne bosser sur les VRAIS articles, A+ !

Arkham Asylum (Urban Comics)

Arkham_Asylum.jpg  Publié aux USA en 1989, Arkham Asylum compte désormais parmi les piliers de l'histoire de Batman. Et puis vu le contenu, il y a de quoi.

Watchmen chez Batman

  Pourquoi donc est-ce Watchmen chez Batman ? C'est bien sûr dans le fond que ça l'est. On va dire qu'avec cette album la bande-dessinée comme on la connaît atteint un tout autre niveau, celui de Watchmen qui lui-même avait révolutionné les comics, c'est dire. Si ce n'était qu'au niveau du scénario, dont s'est largement inspiré le jeu éponyme, qui est en soi franchement excellent. Rapidement, le Joker a déclenché une émeute à Arkham. Batman est alors convié, pour sauver les médecins et rétablir l'ordre. Enfin le Joker l'invite juste à rentrer chez lui, mais j'y reviendrais après. On découvre alors un endroit sombre et effrayant, rempli de personnes étranges - notamment Maxie-Zeus qui est particulièrement stylé - mais parallèlement l'histoire du tordu et complètement torturé Amadeus Arkham, j'ai d'ailleurs réussi à comprendre son lien avec les scarabées, tout ça tout ça.

  Et bien qu'est-ce que cela donne ? Tout d'abord il faut parler des dessins. Enfin il y a plusieurs techniques employés, comme de la peinture mais aussi de la photo, ce qui rend particulièrement bien et rend encore plus pesante l'atmosphère global de l'histoire. Le Joker est représenté tel qu'il doit être, Batman est ce qu'il est, une ombre, et le reste est juste criant de réalisme et de magnificence. On est bien loin du Arkham d'aujourd'hui, assez joyeux en comparaison de celui-ci, qui colle parfaitement à l'univers du Chevalier Noir. Mais je n'aime pas les dessins uniquement parce que c'est représentatif de l'univers, mais aussi parce que c'est simple tout en étant compliqué. Je m'explique. On comprend l'action, ce qui se déroule donc, alors que la lisibilité n'est pas non plus au top. Pour faire clair, cela redonne de l'ampleur à chacun des protagonistes de l’œuvre, ce que peinent à faire les dessinateurs d'aujourd'hui, qui se débrouillent admirablement tout de même. 

  En plus de cela, le récit est agrémenté de citations de Lewis Carroll, qui a écrit l'Arkham Alice au Pays des Merveilles. Qu'est-ce qu'un récit "Arkham" ? C'est quelque chose de fou, de tordu, de torturé. Quelque chose qui n'a pu être écrit que par l'un des patients de cet asile tellement que c'est incroyablement effrayant. Les citations de l’œuvre de Carroll sont justement une comparaison avec Batman et l'asile, personnage à part entière. Car comme le dit le chat : "Si tu es là, c'est que tu dois être aussi folle que nous." Le parallélisme se fait vite voir. Batman dit lui-même qu'il a peur qu'une fois les portes de l'asile passées, il se sente chez lui. L'asile est en quelque sorte l'endroit où Batman a le plus d’éléments lui appartenant. Le crime sans Batman n'est plus drôle, mais Batman sans les criminels n'est plus Batman, pour être complet, il doit avoir toute la clique de fous de l'asile. Il se sent donc chez lui, et après tout, l'asile n'est-il pas le monde extérieur ? Arkham ne serait-il pas le seul endroit où l'on peut être libre ? Pour toutes questions, voir avec Joe.

  Il est temps pour moi de parler de l'histoire d'Amadeus Arkham. Depuis le début, il sait que l'endroit n'est pas sain, qu'un autre individu hante les lieux. Sa mère essaie de se protéger, mais de quoi ? Il est entouré de folie depuis la plus tendre enfance, on peut alors se demander si cela a eu des répercussions sur son propre comportement. Et la réponse est qu'il est aussi fou que les gens qu'ils soignent. Il passe par différentes phases où il se remet en question. Et l'asile est chez lui. Il habite l'asile car c'est sa maison, l'endroit où il a toujours été et où il aurait toujours du être. Il a décidé de soigner les gens de la folie à cause de sa mère - le rapport mère/enfant est d'ailleurs important dans le récit - qui était folle. Il rencontre le "chien fou", qui tua sa femme et fille. Et bizarrement, il resta calme tout le temps de la consultation, jusqu'à le tuer sur la chaise électrique. Tranquille. Mais bien au-delà, c'est peu à peu la folie qui le rongea. Sa mère est morte d'un rasoir. Sa femme et sa fille sont mortes. Après cela, il enfila la robe de mariée de sa mère. Rien que ça prouve l'état mental du type. Pour en finir avec Arkham, il faut savoir qu'il prit des champignons hallucinogènes, et que pendant son délire, plusieurs fois il se voyait, affrontant un dragon. Et c'est là que ça devient intéressant. Pourquoi sa mère est-elle folle ? De quoi avait-elle peur ? De la chauve-souris. Déployant ses ailes, horribles et effrayantes. Devant ce spectacle, Amadeus pris le rasoir et tua sa mère. Depuis le début, l'homme voulant soigner des fous en faisait parti. Belle ironie. Le plus intéressant est tout de même le point de ralliement entre la partie Batman et la partie Arkham de l'histoire.

Posipi/Négapi :

+ Un scénario brillant
+ Des dessins excellents
+ Trois personnages - Batman, Arkham et l'asile - fascinants
+ Une fin juste incroyable
+ Les bonus de l'édition spéciale 15ème anniversaire

  Conclusion : Œuvre fondatrice et bien plus ainsi que véritable bijou scénaristique. On ne peut que comprendre lorsque l'on sait que Grant FUCKING Morrison est au scénario. Vraiment une œuvre absolument indispensable pour tout les fans du Chevalier Noir.

  Je ne voulais vraiment pas lire ce comics à la base. Les dessins ne m'attiraient pas et je croyais tomber dans quelque chose de très gore. Au final on me l'a prêté et cela fait trois fois que je le lis depuis. Coup de cœur comics et véritable chef d’œuvre. A+ !

Le Passeur (Loïs Lowry) - Un classique et chef-d'oeuvre

Lepasseur.jpg"Je n'ai pas utilisé la couverture du livre pour une raison assez honteuse en fait, j'ai juste pas trouvé d'image dans les bonnes dimensions..."

  J'aime le hasard. Par exemple, il suffit que je commence à m'intéresser à quelque chose, comme Game of Thrones, et puis tout autours de moi aura un rapport avec cette chose. Et donc aujourd'hui on va donc parler d'un des fruits du hasard, le Passeur, de Loïs Lowry, que notre professeur de français nous demanda de lire pile une semaine avant la sortie du film. Et pour les plus sceptiques, oui je me suis renseigné, et non elle a pas fait exprès.

  Il faut savoir que l'univers du libre est tout aussi passionnant qu'effrayant. C'est une dystopie, un monde fictif où la société est tellement pourrave que tout les habitants ne parviennent pas à atteindre le nirvana le bonheur. Et c'est un peu ça dans le Passeur. Toutes les personnes sont émincés de tout sentiments, que ce soit la joie, le bonheur ou bien l'amour et l'amitié. Oui, on peut être amis avec quelqu'un, mais c'est une relation très floue. Puis tout est programmé, on connaît ta vie du début jusqu'à la fin. Ah oui, d'ailleurs faut que j'en parle. Ils ont des rituels pas bizarres dans leur fonctionnement, mais dans leur principe. Par exemple il y a une cérémonie de remise de veste qui se ferme devant - ou quelque chose comme ça - ou bien de la première bicyclette, et celle qui nous intéresse dans le cas présent, c'est la remise du métier, à 12 ans. Ce qui est normal, puis après il y a la cérémonie pour recevoir une femme et d'autres dans le même style. Et c'est tellement aseptisé que quand j'ai lu, pour moi la ville dans laquelle évolue Jonas, le personnage principal, c'est iPhone City. Littéralement. Et l’aseptisation va si loin que l'on ne se rappelle même plus comment se nomment les animaux. C'est assez incroyable et cohérent en fin de compte.

  Ah mais du coup tu sais pas de quoi ça parle ? Globalement, Jonas est désigné pour être le Passeur, l'homme qui conserve tout les souvenirs et sentiments de la Terre. C'est un job improbable, certes, mais encore une fois cohérent dans l'univers. Dans un monde où la population est automatisé, il faut garder un dernier soupçon d'humanité, et ce soupçon, c'est le Passeur. Non, attends, là je dis une connerie. Il est pas Passeur, le Passeur c'est le mec qui donne les souvenirs, Jonas est dépositaire des mémoires, ce qui est comme Passeur sauf que lui il garde les souvenirs.

  Et je ne vais pas parler globalement du livre. C'est un univers horrible, je dirais même naïf. Il m'est souvent arrivé de faire le cauchemar où il se déroule des choses abominables et où je suis le seul à faire la distinction entre ce qui est bien et mal. Et je me rend compte que Lowry devait faire les mêmes cauchemars que moi, car c'est une représentation de ces derniers. La naïveté de l'univers vient du fait que comme tout le monde a été élevé dans l'esprit de "je fais mon boulot sans réfléchir", ainsi qu'à cause des différentes règles instaurés, personne ne fait la différence entre le bien et le mal. Les personnages, sauf Jonas et le Passeur, sont tout autant détestable qu'ils font pitié, on a de la peine pour eux à cause de cette inhumanité cohérente et permanente. Par exemple, personne ne voit les couleurs, ou bien lorsque le père de Jonas tue un enfant à la fin. Pour résumé la scène, deux jumeaux sont nés et comme ceci est inacceptable dans la société, le père doit "élargir" le plus faiblard. Et l’élargissement, késsécé ? Et bien c'est une piqûre qui te tue. Tout bêtement ! Et il fait ça comme si il faisait du pain, c'est son travail, il l'exécute, tout simplement.

  Et sinon, qu'est-ce que j'en pense moi ? Je trouve fabuleux que ses descendants - Hunger Games et Divergent - ne parviennent pas à reproduire la dystopie aussi bien. Pour moi, c'est une critique des dictatures, qui à force d'enlever des libertés à chacun, ils se transformeront peu à peu en automate, sans âme et bien entendu aucune liberté. En gros c'est le mec, il fait un fuck à Kim Jong Un et lui balance le livre à la tronche en gueulant : "Eh gros lard ! J'ai écris un livre sur le futur de la Corée !" Tout en sachant que c'est pour ado, ce livre parvient à ne pas tomber dans les histoires d'amours stupides - quoique j'y ai cru à un moment - et donc me captiver plus que je ne le pensais puisque je l'ai fini en deux jours - plutôt deux nuits en fait -, un record personnel battu par Kaamelott, mais vu le contenu de ce dernier, c'est compréhensible.

  Donc classique dystopique et littéraire. Je le conseille fortement à toutes personnes voulant s'attaquer à ce genre d'univers. Bon, moi je suis crevé, donc A+ !

R.I.P

10922870_763845673697084_1810966451447694128_n.jpgAujourd'hui sont morts des personnes importantes, des personnes qui formaient le cœur de la France. Les gens de Charlie Hebdo sont un parfait exemple de l'expression liberté d'expression, cela fait surement des années qu'ils font leur métier avec passion sans se soucier de quoi que ce soit parce qu'après tout, on est en France, on est libre ! Et ce jusqu'à aujourd'hui. Un homme que je ne qualifierais de sage que dans une extrême limite à un jour dit "L'humour n'a de limite que pour les gens limités", aujourd'hui cette phrase prend tout son sens.

Je suis en deuil aujourd'hui, car l'esprit même de ce que je fais depuis un an, de ce que des millions de gens font, vient de s'éteindre, ce matin à 11 heures. Dans un pays où la devise est Liberté.Égalité.Fraternité, tuer des gens d'un journal est une symbolique forte : c'est s'en prendre à ce qui forge la France d'aujourd'hui. Et j'en suis attristé au plus haut point.

Ce qui s'est déroulé aujourd'hui me donne encore plus envie de faire journaliste. Pour pouvoir me "battre" en quelque sorte pour la liberté d'expression.

Pour terminer, je dirais que 12 véritables super-héros sont décédés aujourd'hui.

TOP 5 - Les choses qu'H2G2 m'a appris

42.jpgHello ! Hier soir j'ai regardé ce chef-d’œuvre de l'absurde qu'est H2G2 et j'en garde un très bon souvenir. Et en plus de me confirmer que Martin Freeman est l'un des meilleurs acteurs que le monde du cinéma ait connu, il m'a également appris quelques règles de vie, simples et précises. Voici mon Top 5 des choses que le Guide du Voyageur Galactique m'a appris.

Numéro 5 :

Surement le seul élément du classement qui peut être pris au sérieux, voici un conseil avisé de Mr. Arthur Dent ! Si la Terre est reconstruite est que vous êtes au centre de cette reconstruction, que l'on vous demande si vous voulez modifier ou enlever quelque chose, il faut répondre que c'est vous, qu'il faut enlever. Attention tout de même, ce conseil ne marche que si la femme de votre vie rêve d'aventure et que votre vie est meilleure dans l'espace.Dent.pngNuméro 4 :

Une fois que vous êtes dans l'espace, il se peut que vous tombiez sur des vogons, race d'extraterrestre très laide. Et si ils vous font prisonnier, ne jamais, au grand jamais, écouter l'un de leurs poèmes. J'ai encore mal...Poeme.pngNuméro 3 :

Là on sort des conseils pour se focaliser sur une info intéressante. Les souris, cobayes de nos expériences depuis des années, sont en réalité les êtres menant des expériences sur nous, pauvres humains. Qu'est-ce qu'on est con...souris_blanches.pngNuméro 2 :

Voici l'arme ultime contre les extraterrestres de l'univers entier. Ce qu'aurait du posséder Ripley lors de l'attaque de l'Alien, l'arme qui a causé l'attentat du 11 septembre et toutes les catastrophes du monde. Voici, la serviette ! Ça fonctionne apparemment très bien sur les vogons et les tapettes à mouches. Mise en garde tout de même : son efficacité n'a pas été prouvée sur toutes les espèces de la galaxie.Serviette.pngNuméro 1 :

C'est la base. Si tu ne sais pas ça, essaie même pas de te faire accepter en société. La réponse ultime à la vie, l'univers et tout le reste. Et même si l'on ne connait pas la question, la réponse reste gravée dans l'imaginaire collectif comme étant une marque de fabrique de la série. Culte tout de même !La_reponse.jpgVoilà pour ce Top 5 des choses que j'ai appris grâce au film ! Bien sûr c'est du second degrés, sauf la première dans une extrême limite, donc ne vous baladez pas avec une serviette, sauf le 11 mai, et ne prenez pas peur en voyant une souris. Bon, on se retrouve très vite, A+ !

Le point détente #2.5

Baron_Samedi_by_Roggi_Roggi.jpgSalut à tous, je m’apprête à écrire le premier point détente de ce blog. Je parlerais de tout ce qu'il me passe par la tête et ceci de façon bordélique. Donc ne soyez pas étonner si vous voyez des changements de sujets à tout bout de champ ! Ah oui, et j'ai choisi le baron samedi pour représenter cet article car je trouve que ce personnage est d'une badassitude presque effrayante. (By Roggi-Roggi)

-Alors j'ai eu une putain d'idée. Quand on voyage le temps, il y a deux possibilités : soit on voyage vers une époque où l'on est né, soit vers une où on ne l'est pas; C'est le premier cas qui m'intéresse. Ensuite on a encore deux possibilités, passé et futur. Et là c'est la seconde qui nous intéresse. Imaginons, je voyage deux ans de le futur, je ne saurais rien de ce que mon futur moi vivra. Et je me suis demandé si la capacité de voyager dans le temps en gardant les souvenirs de son moi futur serait intéressant ou pas. Pour ceux qui ne comprennent pas, voici un magnifique dessin Paint :Temporalite.pngJe sais pas si c'est clair, mais c'est une idée pas mal je trouve. Bon, après il y a plus d’intérêt à voyager dans le temps, mais cela peut être sympa d’écrire une fiction là-dessus.

-Là, je vais faire mon vieux con. On va partir du postulat de base qui est l'intégration dans la société de maintenant, et on va prendre deux personnes : Kevin, 14 ans, aime Call of et tout ce qui est souague, porte des casquettes à l'envers et aime prendre des photos torse nu, et moi, Louis, 13 ans, aime tout ce qui touche à la pop-culture, porte des t-shirts Ghostbusters et n'aime pas le foot. En sachant que tout ce que je vais dire est basé sur du vécu. Kevin va être lui-même, voir des gens, discuter des choses qu'il aime et va réussir à s'intégrer. Moi je vais être moi-même, voir des gens, discuter des choses que j'aime et ne vais pas réussir à m'intégrer. Et quand je demande, on me répond : "T'es trop bizarre." Je ne vois pas en quoi. Peut être est-ce parce que je n'ai pas d'abdo, parce que je ne fais pas de sport et je suis "asocial" - alors que la vérité est tout autre. Comme ça, ça peut paraître ridicule, parce que je ne parviens pas à expliquer la connerie des jeunes d'aujourd'hui.
Quand je vois qu'en cours d'allemand, une fille de ma classe dit que je n'ai pas appris parce que je jouais toute la journée à la Playstation, ça me fait peur. Ce qui me fait peur, c'est pas qu'elle dise ça, mais c'est qu'elle base son avis sur ce qu'elle connaît de moi, c'est à dire rien. Donc les types "geek" comme moi sommes tout de suite rangés dans les catégories des types anormaux. Mais demandez à tout ceux qui me connaissent, le plus anormal n'est pas comme je suis, mais comme on me voit. "Verdict docteur ?" Génération superficielle, des années de traitement. "J'aurais pas dis mieux"

Ce point détente .5 est un peu court, mais j'ai dis ce qui me passait réellement par la tête. Pour le dernier point, ça a été le bordel, mais c'est parce que je ne parviens pas à expliquer la pensée des gens d'aujourd'hui, j'ai tenté de comprendre, mais je ne parviens pas, c'est trop complexe pour le peu que ça en dit.
Bon, ce petit coup de gueule terminé, je vous dis A+ !

Bilan Ciné - Novembre

Bonjour à tous ! Alors que je comptais parler, en plus des trois films ici présents, de Dracula Untold, Gravity et les Garçons et Guillaume, à table !, je ne peux malheureusement pas par manque de temps. Donc voici mon bilan "ciné" pour le mois de Novembre :

Alien.jpgAlien Le 8ème Passager

Véritable œuvre culte, Alien est vraiment un film époustouflant par son scénario - ouais, franchement -, sa bande son et sa créature. C'est pas une tuerie franchement ce film ? Et je ne trouve rien à lui reprocher, excepté peut être ses suites moyennes. Verdict : Putain de film...Comme_des_freres.jpgComme des frères

Relatant l'escapade de trois amis avec pour seul lien Charlie, leur amie décédée, le film est vraiment pas mal. Touchant et parfois drôle, ça fait partie de ces films français que je pourrais me mater pendant une semaine. Verdict : Très bon film démontrant à quel point la vie vaut la peine d'être vécue.Qu_est-ce_qu_on_a_fait_au_bon_dieu.jpgQu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ?

C'est un peu la surprise. En effet, il est resté pendant 3 mois au cinéma, monopolisant la salle 9 du Pathé pendant son dernier mois de diffusion. Et j'en voulais au film de rester si longtemps tandis que d'excellents films tel que Lucy et les Gardiens de la Galaxie restaient à peine 3 semaines. Mais à part ça, le film est l'un des meilleurs films français à ce jour, dénonçant un acte qui n'a pas lieu d'être, la discrimination, avec humour. Verdict : Une comédie rafraîchissante où l'on démontre que le racisme est quelque chose de ridicule en fin de compte.

Voila pour le mois de Novembre ! Je parlerais plus en détail d'Alien dans un futur article, mais pour le moment on s'en tient à ça. Bref, A+ !

TOP 5 - Les génériques de séries TV

Serie.jpgOn va dire que quand j'ai le temps, je matte beaucoup de séries. Je dis bien sûr quand j'ai le temps. Que ce soit Game of Thrones ou The Walking Dead, les séries que je dois commencer comme Dexter ou bien les autres que je regarde de temps en temps - Pokémon - j'ai énormément baisser dans ma consommation de ces divertissements. Mais le générique, c'est quelques choses dont je me souviens tout le temps, connaissant limite les paroles, quand il y en a, par cœur. Exemple avec :

Mais avoue que ce générique traverse les générations ! La dernière saison l'a même repris ! Bref, voici mon TOP 5 des génériques de séries TV que je surkiffe !

Numéro 5 : Celui avec des morts dedans

The Walking Dead est bien l'exemple de la série que j'adore, mais dont je suis toujours à la saison 1. L'ayant regardé avec mon petit-frère, je dois avouer qu'elle m'a fait très bonne impression. Et après les seulement 6 premiers épisodes, je me souvenais du générique par cœur et n'hésitait pas à le chantonner pour n'importe quelle occasion.

Numéro 4 : Celui avec du relief

J'ai déjà traité du cas générique de Game of Thrones plus tôt, mais avouez que c'est quand même un classique ! Tout y est, une mélodie qui rentre dans la tête, des images épiques et puis le mélange des deux ! Oui, c'est un classique, oui il est cool mais oui il est quatrième.

Numéro 3 : Celui avec Dewey

Alors pourquoi Malcolm et pourquoi Dewey ? De un parce que c'est l'une de mes premières vraie série et de deux parce que c'est mon surnom. Rien de plus simple.

Numéro 2 : Celui avec une cabine téléphonique

Je ne pouvais pas faire de TOP 5 des génériques sans lui. Doctor Who quand même ! Le maître incontesté du générique culte ! Mais il ne se retrouve que 2nd...

Numéro 1 : Celui où tout commence

Tout notre univers était dans un état d'effervescence, puis près de quatorze milliards d'années d'expansion a commencé. Attendez... Ouais, c'est bien ça. Ça pète moins en français hein ? The Big Bang Theory, c'est ma série du moment, la saison 8 étant diffusée sur Canal+ UNIQUEMENT en VO, je révise mes classiques. Mais en plus d'être dans ma période, c'est l'un des seuls génériques où je connais à peu près les paroles... Un peu...

Bonus : La base

Le père de toutes les séries. Friends fut l'une des séries avec le plus d'écho sur la culture actuelle. Il reste un classique dans le genre et intemporelle.

On a fait le tour ! Certains manqueront peut être à l'appel, mais le principal, pour moi, y est ! j'ai enfin réussi à calé Friends, YES ! Bon A+ !

Kaamelott - De la série au livre

Kaamelott01.jpgPour commencer, je ne sais pas trop comment aborder mon rapport avec Kaamelott. Je l'ai connu quand j'étais tout gamin, mais cela ne reste pas un souvenir d'enfance marquant contrairement à Ça Cartoon, que je m'empressais de regarder une fois sorti de la douche, mais bref, revenons à nos moutons. Donc, disais-je, la première fois que j'ai vu Kaamelott, c'était avant d'aller au cirque Pinder avec mes parents, (d'ailleurs je me souviens de la petite maquette que l'on avait acheté...) je regardais M6 alors, où était diffusé à ce moment-là le feuilleton Avez-vous déjà vu (les épisodes sont sur YouTube) et pour moi Kaamelott était alors une série comme Un Gars Une Fille (ouais, sérieusement). Maintenant que je m'y suis plongé avec une peu plus d'attention, grâce à ce livre justement, je considère cette série comme l'une des meilleures productions françaises à ce jour.

C'est pas faux

Comme le dit Sir Alexandre Astier lors de la préface, le livre contient les textes originaux de la série. Ce qui fait que certains détails ou éléments ne sont pas dans le livre et présents de la série ou vice-versa. Et la première question que l'on se pose lors de la lecture, c'est : est-ce difficile d'imaginer l'épisode si on ne l'a pas vu ? Non, car j'ai pu visualiser l'épisode dans ma tête, même si j'ai un peu galéré à comprendre ce que signifiaient les mots en gras ou italiques, sans pour autant l'avoir vu, la seule différence est que Léodagan était joué par Perceval et inversement. Mais ça c'est parce que je n'ai jamais vu la série.

Mais au delà du livre, je voulais surtout parler de la différence entre la série et le livre. C'est toujours aussi drôle, on ne peut le nier, mais on va dire qu'il manquait quelque chose pour que ce soit hilarant. J'ai comparé les deux médias, et je trouve la série plus drôle. Mais le livre reste très bon, autant sur le fond que sur la forme, et je le conseille à tous les fans de la série, ou quand bien même à ceux qui ne regardent pas encore, ça vaut le coup d’œil.

-----------------------------------------------------------------------------

Article très court, mais le principal a été dit, je ne sais pas si j'en ferais d'autre dans cette veine-là, mais je prévois d'en faire un dans ce style, petite différence tout de même. Bon, A+ !

TOP 5 - Les musiques epicness

EDG233_skyrim.jpgSalut ! En pleine écriture des BEAUCOUP, BEAUCOUP d'articles, je trouve tout de même le temps d'écrire ce nouveau TOP 5 consacré à 25% de mes journées : la musique. Car, qu'on soit clairs, pour moi la musique est fondamentale dans une œuvre, que ce soit un film, jeu ou série. Essayez Skyrim sans Dovahkiin, et cela devient moins Skyrim du coup...

Donc aujourd'hui, nous allons parlé de musiques épiques, mais une petite précision tout de même, je ne vais pas parler d'artistes comme Two Steps From Hell, qui font des musiques épiques mais c'est leur style - je crois - tandis que d'autres artistes font des musiques sans pour autant qu'elles soient destinés à être épique, ou alors si mais ils ne font pas uniquement de ça. Et pour ceux qui ne connaissent pas Two Steps From Hell, c'est ça :

Maintenant que les présentations sont faites, voici mon TOP 5 des musiques épiques :

Numéro 5 : Celui avec un chien

Call of Duty Ghosts est l'une des déceptions de l'année. Et malgré le fait que je démonte cette licence dès que j'en ai l'occasion, ce n'est pas pour autant que je n'y joue pas. Donc j'ai CoD Ghosts, et ce qui a justifié mon achat aura été la pub. Mais qu'est-ce qu'elle est épique ! Attends, Survival d'Eminem dans une pub pour Ghosts, cela donne carrément envie d'y jouer ! Et cette musique reste aussi épique qu'avec les images...

Numéro 4 : Celui avec une peluche

Je vous en ai déjà parlé dans un précédent, et dans le premier, TOP 5. Lindsey Stirling fait des reprises au violon. J'ai donc découvert la chanson qui suit grâce à elle. Et même si la reprise garde un côté légèrement plus épique que l'original, c'est cette dernière qui gagne avec une baston de peluche...

Numéro 3 : Celui avec un hobbit

Je vais surement me faire détruire par 99,9% de la planète, mais entre le Seigneur des Anneaux et le Hobbit, j'ai choisi le second. Je ne sais pas trop pourquoi, mais la trilogie - se concluant ce 10 décembre - du Hobbit est ma préférée. Après, j'apprécie toujours LOTR, mais voila... Bref, si un truc m'a marqué dans la Désolation de Smaug, c'est le générique de fin. Interprété parEd Sheeran, celui qui fait également la musique de fin d'Assassin's Creed IV, I See Fire est l'une des plus belles chansons de l'histoire du cinéma...

Numéro 2 : Celui avec un prétendant

Quand je vais dire d'où je connais cette chanson... Il y a quelques temps, je regardais une sorte de Speed Drawing sur un fanart SLG (je crois), et cette musique est passée. Après l'avoir écouté moult fois, je me rendis compte...qu'elle était plutôt cool ! Et comme elle ne surpasse largement pas la chanson suivante, la 2ème place lui revient de droit...

Numéro 1 : Celui avec un dragon

J'ai d'abord connu Through the fire and flames comme étant le morceau le plus difficile de Guitar Hero, puisqu'à l'époque je croyais que ces musiques n'existaient pas en vrai, puis j'ai retrouvé le morceau sur l'ancien MP3 de mon frère et je suis complètement tombé amoureux. Alors voici le plaisir pour les oreilles :

Bonus : La base

Je parle de musiques épiques et je ne l'ai pas mis dans le classement, alors c'est le moment de se rattraper ! Mesdames et Messieurs, voici, Dovahkiin :

Bien sûr ce top est subjectif et vous avez fortement le droit de ne pas être d'accord. Sauf sur un point ! Dovahkiin est la musique la plus épique du monde, ok ? Alors A+ !

Bilan Ciné - Octobre

Hello ! En pleine écriture des Coup-Critique et autres articles, je trouve quand même le temps de publier ce cours article. Si vous voulez tous savoir, j'avais dit y a quelques temps déjà de faire des Coup-Critique spéciaux, parlant de films qui datent d'il y a un moment déjà. Il y avait alors Inception (dont je parlerais bien plus tard) et Maléfique. Mais d'autres l'ont rejoins entre temps comme, par exemple, C'est la Fin !, mais pas seulement. Donc voici le bilan ciné du mois d'Octobre !

Malefique_-_1.jpgMaléfique

Cette fois-ci, ce n'est pas du côté lumineux de la force que l'histoire se focalise, mais du côté obscur. Maléfique est un film sympatoche et intéressant, mais pas exempt de défauts. Le film possède une histoire d'amour un peu chamallow, qui, même si elle se focalise encore sur Maléfique, la délaisse un peu. Verdict : Bon film, mais qui aurait mérité un peu plus d'approfondissement sur certains éléments. Ah oui, le corbeau est mon perso préféré :3

C_est_la_fin.jpgC'est la Fin !

Pour commencer, le film est, en lui-même, un concept marrant : les acteurs jouent leurs propre rôles. Même si cela a déjà été fait dans d'autres films, cela reste pour moi marrant. Quant au film, lui aussi l'est et ce que j'ai particulièrement aimé, c'est qu'il ne dégouline pas d'humour ou bien d'allusions au sexe comme d'autres films dans cette veine là, ce qui en fait un spectacle divertissant du début à la fin. J'ai particulièrement aimé la façon dont ils ont introduits un élément religieux dans tous ça, et le Milky Way. Verdict : Très bon film pour une soirée entre potes.RIPD.jpgR.I.P.D. Brigade Fantôme

Je me souviens avoir lu des critiques majoritairement négatives sur ce film, et je peux être d'accord avec eux. Mais j'ai bien apprécié RIPD. Même si le film peut avoir tout les défauts du monde, il reste pour moi plaisant à regarder, ce n'est pas une bouse totale. Verdict : À ne voir qu'une fois, pas deux, car aussi plaisant qu'il est, RIPD peut rapidement passer pour un mauvais film si on regarde en profondeur..

La_Tete_En_Friche.jpgLa Tête en friche

Les films français ne sont pas vraiment ma tasse de thé, et les quelques rares que j'ai vu sont soit d'énormes films (Ex : Intouchables), ou bien des films qui me laisse perplexe quant au succès et la qualité du contenu (Ex : Bienvenue chez les ch'tis). Et ce film saute directement dans la première. Racontant la rencontre entre un quasi-analphabète et une mémé lectrice, cela reste une très belle histoire où livres et pigeons ont une place dominante. Verdict : De l'émotion autant que l'on peut en mettre dans un film, un duo d'acteur touchant et des secondaires intéressants.

Voilà pour ce petit bilan ciné, certains films n'ont pas été traités pour des raisons spécifiques, dont je parlerais plus tard, et je compte faire un de ces bilans toutes les fins de mois, vers 30. J'espère, aussi, que cela vous a plu, et que les critiques plus longues arrivent. Je tiens à remercier Jean-Michel à l'éclairage, Bertrand au son et Jean-Eudes à la batterie, A+ !

The Superior Spider-Man Tome 1 (MàJ)

Superior_Spider-Man.jpg

Surement le super-héros le plus célèbre, Spider-Man passe lui aussi à l'ère Marvel Now! Et ce n'arrange pas les choses...

(Un)Friendly Neighborhood Spider-Man

"Alerte Spoilers Possibles"

Le récit commence après les évènements de The Amazing Spider-Man #700, qui fut un retournement de situation total dans l'univers du tisseur puisque c'est l'épisode où Octopus prend place dans le corps du Tisseur et où Parker est forcé d'errer en tant que "conscience" chez ce nouveau Spider-Man. Dès le premier épisode de cette nouvelle série, on nous montre le changement et les différences qu'il y a entre la mentalité du Amazing Spider-Man et du Superior Spider-Man, celui-ci n'hésite pas à battre à mort ses ennemis, allant parfois jusqu'à les tuer (épisode 5). Il est plus sérieux, fait moins de blague, et pourtant reste comique, et pas qu'en tant que Spider-Man, les différents essais d'Otto pour sortir avec MJ sont particulièrement marrants.

Niveau scénario, ça tient la route, même si comme dans un habituel comics de super-héros, cela s'organise par saga, qui n'ont pas forcément de liens entre elles. Et pourtant, comme dans un habituel comics de super-héros, il y a un fil conducteur, pour le coup, permettez moi de spoiler, c'est le Bouffon Vert et sa Nation Bouffon qui sont à l'honneur. On y fait de nombreuses fois références, surtout grâce au Super-Bouffon, dont l'identité reste encore un mystère puisque ce vilain change d'alias comme de chaussure, ce qui fait que la dernière saga, qui conclut la série au bout de 31 épisodes, s’annonce particulièrement épique, une guerre de gang de surhommes... Tranquille.

Pour les graphismes, c'est vraiment très beau. Je ne sais pas quel autre adjectif employé, en effet, c'est juste magnifique. Je ne sais pas trop non plus comment expliquer ce dessin, il est unique, le trait de Humberto Ramos est vraiment, pas percutant, mais on y est presque.

Objection !

Je me suis en effet rendu compte que je parlais de Ramos alors qu'il n'a pas, pour le moment, participé à la série. Il s'agit en réalité de Ryan Stegman. Tout les fans l'auront remarqués tandis que les autres s'en battront les testiboules. Pour faute de professionnalisme, je vais m'immoler. Peace & Chips. (13/10/14)

Quant à l'autre personne qui dessine le dernier épisode, dont j'ai oublié le nom, d'ailleurs si il lit cet article (-_-') je m'en excuse. Bref, ses dessins sont aussi bons, mais reste trop dans le comics classique. Comment ça ce n'est pas un argument valable ? Quand on voit les premières planches faites par Ramos Stegman et celle de l'autre dont j'ai oublié le nom, c'est pas le même game si tu vois ce que je veux dire frère... Zyva...

background.jpg

En conclusion, la seule chose à reprocher sera le langage qu'emploie ce nouveau Spider-Man...

Posipi/Négapi :

+ Ryan Stegman
+ Dan Slott
+ Le costume

- Le langage, putain, le langage...

Très peu de choses à reprocher pour ce début Marvel Now! passionnant pour notre tisseur, et la suite n'est que meilleur ! Mais suivez la publication mensuelle de Spider-Man pour en savoir plus ! A+ !

The Thanos Quest (Thanos)

Thanos.gif

Salut à tous ! Un soucis de réseau internet m'empêcha de concevoir cet article pour la date prévue, et à ça je répondrais que B***** UN JOUR DE RETARD ! Un jour, c'est pas long ! Et pourtant un pote au collège m'engueula tout de même car j'ai pas publié cet article hier ! Oh mon dieu !

La mort, le dieu et les gemmes

Ce RCM relate la quête de Thanos dans l'obtention des gemmes de l'infini, pour être à l'égal de la mort et ainsi que pour devenir son compagnon. Cette série est réalisée par mon duo d'auteur favori, Jim Starlin et Ron Lim, qui firent la part belle à Thanos pendant quelques années déjà. On peut alors admirer la qualité du dessin, magnifiant Thanos le Titan ainsi que les nombreux détenteurs des gemmes. On notera d'ailleurs le Collectionneur, que j'ai particulièrement dans sa version comics. L'histoire est une sorte de prologue à la saga "Le Gant de l'Infini", l'un des meilleurs cross-over Marvel à ce jour avec Civil War, ce qui fait que l'histoire ne fait aucune fois apparaître des super-héros. Cela m'a permit d'apprécier Thanos de mieux en mieux, car au final, tous ces malheurs qu'il a causé n'ont été fait que pour une chose, l'amour de la Mort.

Scénaristiquement parlant, c'est très bien, même mieux, le talent de Starlin se confirme une fois de plus. L'histoire est prenante et ne créée aucun anachronisme avec la continuité de l'univers Marvel, comme je l'ai cru la première fois. Pour moi, Thanos reste le personnage le plus complexe, intéressant et puissant de l'univers Marvel, pour cette raison, l'histoire permet d'approfondir la psychologie du personnage, en racontant ses origines en quelque sorte. Cela reste pour moi la meilleure mini-série à ce jour, alors que d'autres m'ont énormément plu, tel que The Arms of Octopus, dont on parlera le moins prochain. Elle crée alors un point de  départ idéal pour tous ceux souhaitant commencer l'histoire de Thanos, ils pourront d'ailleurs compléter ce marathon avec la trilogie de l'Infini, Marvel La Fin, ainsi que le tout récent Infinity, un cross-over avec Thanos en antagoniste principal.

Posipi/Négapi :

+ Des dessins magnifiques
+
Un scénario prenant
+ Excellent point de départ !

- Du coup...

j'espère que ceci vous a plu ! Après moult relecture, je me rends compte que ce n'est pas vraiment identique aux précédents, car je n'ai pas déceler de points négatifs, tandis que sur les autres, il y en avait... Bon, A+ !

Le point détente #2

pyjama_m.jpgSalut à tous ! En pleine écriture des différents évènements à venir, je voulais encore une fois faire un fourre-tout de quelques petits trucs que je ne voyais pas dans un article entier. Il en existe plein, que je regrette de ne pas pouvoir inclure par-ci, par-là. Et donc quand je regrette, c'est pas pour de faux ! Je me les garde donc en réserve, pendant quelques mois, après quoi, je choisis ou non de les inclure tout de même sur le blog par le procédé d'articles comme celui-ci, ou bien de Hors-Série quand je pense pouvoir en tirer quelque chose. Et comme ce dernier cas est très rare (statistiquement, un thème sur trois est retenu), je préfère le premier cas. Vous remarquerez la "couverture" encore une fois illustrée par Marion. Donc je vous dis bonne lecture et l'on se retrouve à la fin !

TywinLannisterCP.png-La bonne nouvelle du jour nous provient de Game of Thrones. En effet Tywin lannister reviendra pour la 5ème saison ! M'étant arrêté à la saison 2, je n'ai pas pu échapper aux spoils donc je connais son triste sort, pourtant, selon l'acteur : "Je ne suis pas totalement oublié dans la prochaine saison. Mais je n'en dirai pas plus. Tout ce que je dirai, c’est que vous n’en avez pas fini avec Tywin Lannister, c’est tout ce que je peux dire." Pour une fois, les morts reviennent à Westeros...

7c604e079716b43550a1715cf10ab212.jpg-Le nouveau débat du moment, c'est la classification du film Deadpool. La rumeur prenait de l'ampleur depuis un moment déjà, du coup, pour calmer le jeu, le scénariste Rhett Reese publia : "Hé les mecs, personne ne sait encore si Dpool sera R ou PG-13. Il n’y aura probablement pas d’annonce avant un bout de temps, alors patientez !", mais cela n'a fait que mettre le feu aux poudres puisque Rob Liefeld a twitté que le film sera PG-13 et non Rated-R, comme le désespéraient certains fans. En effet, d'après eux le film doit être à l'image du personnage, violent mais à la fois drôle. Un screen test avait été mis en ligne, et les fans veulent que le film donne le même ton. Du coup, ils ont mal réagis quand ils ont vus que le taux de chance pour le PG-13 est supérieur à celui pour le Rated-R, affaire à suivre...

1888896-supergirl_by_jprart.jpg-Après Arrow et The Flash, un nouveau DC arrive sur le petit écran, plus précisément sur CBS. La cousine de Kal-El, Kara Zor-El ! En effet, l'un des scénaristes des deux séries citées plus haut planchent déjà pour la chaîne CBS sur une série Supergirl. Après un Arrow que j'ai plutôt bien aimé et un Flash alléchant, je ne peux que m'enthousiasmer de cette annonce ! Le casting n'est pas encore défini, on connaît par contre quand le show aura lieu durant la vie de l'héroïne, ce sera quand Kara, âgée de 24 ans, découvrira ses pouvoirs pour la première fois. On l'attend de pied ferme !

-Il y a pas mal de temps, je traînais sur un site, j'y traîne toujours même si je ne suis pas forcément d'accord avec l'auteur sur TBBT, et un article m'avait interpelé. Il traitait les différents spin-offs plus ou moins utiles. Un, en particulier m'a profondément marqué. Pas un très grand fan de la série Mentalist et thumb.jpgattendant encore de pouvoir voir la première saison de Dexter, je fus tout de même intéressé par le premier spin-off cité, à savoir One Man Suka. Il raconte l'histoire de Masuka, le personnage de la série Dexter, après l'arrêt de cette dernière justement. Se lançant de l'humour avec son premier One Man Show, le succès fut de la taille de Tyrion Lannister, pour ne pas dire un bide. Le chinois "Attention blague raciste en approche" ou coréen, c'est tous les mêmes, "Qu'est-ce que je disais ?" animé par la rage, devint alors un tueur en série - ironique pour un personnage...de série - et signe ses meurtres d'un smiley rouge... DOUBLE COMBO !

-Des scandales, il y en a partout. En plus de celui du Grand journal, dont je parlerais tout à l'heure, il y eut récemment un autre de ces fameux problèmes. la couverture spéciale du premier numéro de la nouvelle série Spider-Woman fit polémique à cause la position trop "choquante" de l'héroïne. be3cf080-173b-0132-0857-0eae5eefacd9.jpgSi je dois vraiment me prononcer là-dessus, j'utiliserais alors les termes de l'auteur de l'article traitant le sujet sur Hitek : "Si là vous trouvez encore que c'est offensant, alors je vous pose une petite question : est-ce que les hommes s'offensent quand ils voient des super-héros en costume moulant ?" Dan Slott lui-même, dieu vivant et maître incontesté du comics après Stan Lee, réagit à l'affaire : "Certains artistes ont des styles iconiques et sont connus pour ça. S'ils sont sollicités pour créer une couverture et usent de ce style, pourquoi être choqué ? Sérieusement. Si Picasso était sollicité pour une couverture, est-ce que vous vous plaindriez qu'il y ait 2 yeux sur la même face du visage ?" Il fut prouvé, par la suite, que la position de Ms. Drew est, physiquement, impossible, mais cela n'empêche en rien les féministes de crier au scandale...

-À propos du GJ, je ne vais pas trop m'exprimer là dessus, car à la place d'exprimer ce que les autres ont dis mille fois, je préfère me taire. Là, c'est plus pour dire que si il n'y a pas eu d'article sur ça, c'est normal, donc no soucis, puisqu'il y en aura tout simplement pas. Le premier LLH était sincère, quoiqu'un peu insultant envers la communauté, tandis que celui-là aurait été plus réfléchi, alors que l'essence même du truc était de mettre que ce qui me passait par la tête, ce qui n'aurait pas été le cas ici.

-Pour terminer, parlons d'X-Men Apocalypse. En effet, tandis que d'un côté Bryan Singer est confirmé en tant que réalisateur (OUAIS !), le casting est complété de l'autre. En effet, lX-Men-First-Class-2-_-Days-of-Future-Past-02.jpeges X-Men déjà présents dans First-Class et Days of Future Past seront rejoins pas Tornade, Jean Grey ainsi que Cyclope. Mais comme le film se déroulera dans les années 80, ils ne seront pas les mêmes que dans le premier X-Men. Donc un changement total de casting ! Quand aux changements que DOFP a provoqué, Simon Kinberg explique que la trilogie n'a pas été annuler, mais réécrite : "Une des choses que nous avons abordée dans [DOFP], c’est que nous pouvons changer le futur. Nous avons changé certaines choses, mais comme vous le voyez à la fin du film, ils reviennent au manoir, dans le futur, [...] donc la plupart des choses qui se produisent dans les 3 premiers X-Men se sont toujours produites, mais avec quelques ajustements." On attend alors le 18 mai 2016 la sortie d'Apocalypse, dernier volet de la trilogie, si trilogie existe.

0e9cf363952679b81521d22cbb0903c1.jpgJe pourrais également parler du design de la Vision ou bien d'autres choses encore, mais ce serait trop... Comme j'avais envie de faire un article relativement court, je crois que c'est raté pour le coup... Comme dit plus haut, il n'y aura pas de Libérez le haters N°2, tout du moins pour l'instant... En effet, je n'exclue pas l'éventualité d'en faire deux ou trois autre, et puis il faut aussi que j'explique d'où vient le nom... Bon, puisqu'il me reste de la place, je vais la faire courte. Je comptais, à la base, en faire une chronique bimestrielle, et il me fallait un titre. Comme je regardais Pirate des Caraïbes et que je faisais souvent allusion aux haters, j'ai mélangé l'une des phrases les plus connues de l'histoire de la saga et le mot en question, et ça a fait "Libérez le haters", c'est certes pas terrible, mais comme je comptais en faire une "série" très mineure, je me foutais légèrement du nom. A+ !

/!\Warning/!\

Je vous remercies tous autant que vous êtes pour les 10.000 fucking visiteurs ! je suis hyper content, même si une autre chose y joue pour beaucoup aussi mais c'est plus personnel, et je vous remercies du fond du cœur ! Je continuerais à vous fournir des articles pendant encore longtemps, ne vous inquiétez pas ! Alors rendez-vous dans dix ans, si on y est encore !

Pour rédiger cet article, j'ai consulté :

Le Journal du Geek : http://www.journaldugeek.com/

Hitek : http://hitek.fr/

ACTUCINE section super-héros : http://www.actucine.com/actu/super-heros

Chroniques En Série : http://www.chroniquesenserie.com/

2099 : Première vague

Sman2099.jpg
Salut ! Aujourd'hui, parlons comics ! Particulièrement d'une période Marvel pas si mauvaise que ça sauf vers la fin. Celle où le futur était présent !

Back to the future !

La première vague est, d'après moi, composée de trois séries : Spider-Man, Doom et Ravage, héros crée pour l'occasion. 2800557-tumblr_mcpqi8oabj1qea7tao1_1280.jpegLa première relate les aventures de Miguel O'Hara qui, après une expérience, se retrouve doté de pouvoir copiant ceux de Spider-Man, l'un des plus grands héros de l'Âge Héroïque. Le scénario est écrit par Peter David, il est facile à suivre, il raconte alors comment il devient un héros temporairement à la base, mais à plein temps ensuite. Il affronte chacun des antagonistes principaux de Spider-Man dans leur version 2099, dont le Vautour que je trouve hyper laid. Les dessins, quand à eux, restent magnifiques pour l'époque, même si ils restent un peu trop géométriques. Finalement, Spider-Man 2099 reste le fer de lance que 2099 attendait, conciliant parfaitement l'univers futuriste et aussi le comics de superhéros classique, comme the Amazing Spider-Man ou autre.

Posipi/Négapi :

+ L'univers futuriste...
+ ...et classique d'un comics de superhéros
+ Un personnage intéressant
+ De magnifiques dessins...

- ...géométriques
- Une intrigue quasi absente au début.

Doom-2099.jpgDans Doom 2099, c'est le Dr Fatalis qui change d'époque et non un alter-ego ou descendant. Il se rend compte alors que la Latvérie qu'il connut autrefois a changée, dirigée par un homme du nom de Tyger Wylde, un cyborg. Ce dernier le défigure et Fatalis, aidé de quelques SDF va-t-on dire, part récupérer ce qui lui revient de droit. Niveau scénario, c'est impressionnant. C'est d'une complexité que l'on ne peut déceler que si on approfondit, agrémenté des dessins de Pat Broderick, qui définissent encore plus le monde de demain kitsch qu'est 2099. Toutefois, quelques bonnes idées viennent renforcées le tout, comme l'électronique ou bien le cyberespace, deux notions totalement inconnues à l'époque de la publication. L'une des, si ce n'est la, meilleur série de 2099, avec un méchant devenant aussi attachant qu'un gentil et des personnages secondaires mémorables.

Posipi/Négapi :

+ L'univers cybernétique et futuriste
+ Le scénario
+ Les dessins magnifiques
+ Des personnages attachants

- Mais qu'est-ce que c'est kitsch !

250px-Ravage2099-1.jpgRavage est le mal-aimé de la famille. Je n'ai jamais trop réellement compris qui est Ravage en lui-même. D'ailleurs, c'est le premier défaut de la série, il manque une identité au personnage. L'univers en lui-même est intéressant et transmet un message écologique, mais le personnage est fade et on est plus intéressés par le destin des secondaires que par celui du héros. Et je ne parle pas de la suite. Au début, cela semblait bien parti, avec un scénario en béton armé et des dessins fantastiques, mais les dessins sont restés, contrairement au scénario. Du coup, on oublie vite Ravage, mais ce n'est pas pour autant que personne ne doit s'y intéresser, au contraire. Car l'histoire peut être intéressante, mais elle n'y arrive pas, chez moi, tout du moins.

Posipi/Négapi :

+ Le message écologique
+ Un scénar en béton...²
+ Un personnage charismatique...

- ...mais sans identité
- ²...mal développé
- Stan Lee est sombré dans la folie

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voila pour 2099 ! Comme vous le voyez, c'est assez mitigé pour ma part, je me plonge dedans à chaque fois, d'ailleurs je me ferais un plaisir d'acheter les intégrales, mais cela part tellement dans le n'importe quoi à la fin que l'on est obligé de baisser les bras, c'est pour ça que je ne parlerais surement pas de la seconde vague, elle part dans le WTF complet. A+ !

- page 1 de 2