Couv_7_-_Copie.jpgSortie en octobre, Beyond : Two Souls est un OVNI. Un jeu qui ne ressemble à aucun autre, un jeu où l’on se fait un plaisir de le terminer, ou alors de le revendre. Malgré tout, de nombreuses critiques à son sujet apparaissent sur internet. Aujourd’hui, j’ai envie de leur dire stop. J’ai terminé le jeu, et je crois que c’est l’un des plus beaux, des plus émouvants auquel j’ai jamais joué. Alors que l’on vit dans un monde où les jeux de tirs à la première personne dominent, David Cage et son équipe nous livre un petit bijou à posséder absolument si on aime les aventures où le mot émotion règne en maître. Beyond : Two Souls marque par son charme, son histoire, ses graphismes et sa BO magnifique. Après avoir terminé le jeu, il reste un certain goût d’inachevé, car après avoir vécu cette aventure émotionnelle incroyable, on en demande encore plus. C’est le premier jeu auquel je joue qui fait pleurer le joueur, qui s’implique à fond dans l’histoire. Le recommencer pour voir les 23 fins sera un plaisir non dissimulé. Le jeu d’acteur est parfait et implique le joueur bien plus que dans n’importe quel autre jeu qui est soi-disant « immersif ». Certes, les influences ne se font pas voir directement d’un chapitre à l’autre, mais pourtant elles existent. Après cela, de quoi pourrait-on se plaindre ? De rien, si ce n’est certains, et ça me désole franchement de le dire, chapitres inutiles au déroulement de l’histoire. Alors qu’Heavy Rain sciait par son histoire et ses graphismes, Beyond sidère par son héroïne bien loin des stéréotypes de Tomb Raider. Les possibilités scénaristiques étaient énormes pour un jeu comme ça, et pourtant, Mr. Cage parvient à trouver le juste milieu. Beyond est assurément une aventure inoubliable, même si tous les types de gamer n’y trouveront pas leurs comptes, ce jeu vaut le détour par son incroyable émotion.

29.jpg

Le test :

Durée de vie :

Une vingtaine d’heures pour terminer le mode histoire, 10 fois plus pour voir toute les fins, Beyond est un véritable film interactif qui comblera tout le monde par la complexité de son scénario.

Graphismes :

Très beau graphiquement, le jeu d’acteur est parfait. C’est un régal pour les yeux de pouvoir jouer à un jeu tel que Beyond. La modélisation du visage est plus que parfaite et les environnements sont vastes et variés.

Bande-son :

Les musiques sont magnifiques, les bruitages sont parfaits et les voix collent aux personnages. Bien sûr on peut préférer la VO à la VF, mais c’est un plaisir d’y jouer dans les deux langues.

Gameplay :

Il repose sur trois piliers : la commande d’Aiden, celle de Jodie et les différents QTE. Simple et intuitif, le gameplay a le mérite d’être facile d’approche. Joueur débutant ou expérimenté, vous y trouverez votre compte.

Interface :

Très épurée, elle contient le strict minimum, le personnage et les différentes actions à effectuer. Les indications sont très discrètes, on peut dire que les amateurs d’interfaces simples sont comblés.

La note : 20/20

Personne n’est parfait, certes, mais ce 20 est mérité. Pour sa complexité scénaristique, pour son jeu d’acteur époustouflant, pour sa bande-son originale et pour sa durée de vie, Beyond est bien loin des Call Of et autre GTA par rapport à son histoire. Tous les joueurs me contrediront certainement, mais pour moi, oui, Beyond est parfait.