Sin_City_-_J_ai_tue_pour_elle.jpg

J'ai franchement eu des doutes. Premièrement sur si j'allais le voir ou pas, et la visualisation du premier m'obligea à y aller. Ensuite, sur les besoins qu'aller voir cette suite combleraient. Et encore une fois, je devais connaître le fabuleux destin de Johnny, Marv et tout les autres ! Et puis à 4€ la place, mieux vaut en profiter...

Skin City

Pour commencer, le film s'organise comme le premier, une scène de présentation, en quelque sorte, puis le générique, et enfin la première histoire du film. Il s'organise en trois histoires puisque la première et la seconde sont liées, Marv, qui tente de se rappeler de sa soirée, aidera Dwight à se venger d'Ava Lord, Johnny, jeune joueur de poker venu affronter le sénateur Roark, et Nancy, la strip-teaseuse voulant venger la mort d'Hartigan. Le lien entre toutes ces histoires ? Le Kadie's Bar, je ne vais d'ailleurs pas expliquer précisément ce qu'est ce bar, mais vous comprenez le topo... Bienvenue à Basin City, la ville du vice et du péché.

Les différentes histoires sont très différentes, que ce soit dans leur longueur ou traitement, ce qui rend le tout inégal, et pourtant agréable à regarder. La 3D n'apporte rien de plus au film, ce qui est le cas pour 90% des productions aujourd'hui. Quant au casting, c'est cool. Ben je dis cool car on retrouve d'un côté des acteurs que j'aime bien, tel que Bruce Willis, Eva Green ou Jessica Alba, ou bien que j'adore puissance 42, comme Joseph Gordon-Levitt. Tandis que de l'autre, on retrouve des acteurs que j'aime uniquement pour ce rôle, comme Josh Brolin en Dwight et Mickey Rourke en Marv. Et putain que j'aime cet acteur dans ce rôle ! Donc le casting est cool, entre le bon et le pas si bien que ça si vous préférez.

Et enfin la BO. Oh mon dieu la BO. Mais qu'est-ce qu'elle est cool la BO ! Pour moi, et je suis sérieux, la BO représente la moitié d'un film, si un film n'a pas de BO, vous êtes sûr que je le défoncerais à sa sortie ! Mais bref, je noterais surtout le morceau Skin City, que j'ai particulièrement apprécié au point de le mettre en titre d'article. Je trouve également que l'atmosphère du film (quand je dis atmosphère, je parle du décor en noir et blanc) est plus maîtrisée que dans le précédent. Cela fait un effet que je qualifierais de plus dynamique, tandis que les couleurs sont plus nombreuses, sans pour autant faire perdre au film sa patte graphique particulière qui fait qu'il est dissociable des autres films.

Sin_City_-_Johnny.jpg

Résultat ? Un excellent thriller (tout du moins d'après AlloCiné) qui nous permet d'approfondir la psychologie de certains personnages (Ex : Nancy ou Dwight) en n'oubliant pas, bien sûr, de proposer un scénario de qualité pour chacune des séquences. La patte graphique est toujours exceptionnelle et malgré son flop (ne pas penser asdf, ne pas penser asdf...) au Box-Office, cela reste pour moi l'une des meilleures découvertes de l'année.

Bonus :

Mes chers confrères, voici la vérité vraie. En effet, Frank Miller, coréalisateur et créateur de la BD originelle, écrivit deux histoires inédites réservées au film : The Long Bad Night, ou l'histoire de Johnny, et Nancy's Last Dance, ou l'histoire de Nancy. Contrairement au premier, qui piochait dans trois tomes différents, celui-ci reste fidèle à son titre, tout en restant fidèle à son aîné, c'est beau.The_Long_Bad_Night.jpgSin City : A Dame to Kill For reste l'un de mes coups de cœur de l'année. Je ne saurais expliqué pourquoi, mais j'ai pas mal kiffé, pour parler djeuns, wef. Bref, on se retrouve bientôt pour trois Coup-Critique ! En effet, je ressors de Ninja Turtles, je n'en dis pas plus, et ce soir je vais voir Equalizer et le Labyrinthe. A+ !

Visionné le 28 septembre 2014