The_Breakfast_Club.jpg

  Rappelez-vous La Folle Journée de Ferris Bueller, ce film excellent sur beaucoup de point. J'avais alors fait allusion à un certain film baptisé The Breakfast Club. Maintenant, remémorez-vous WarGames, le film qui parle du nucléaire avec des jeux-vidéos et Matthew Broderick, j'avais alors encore une fois fait référence à ce fameux The Breakfast Club. Il serait désormais tant de savoir pourquoi je porte ce film si haut dans mon estime, vous ne pensez pas ?

  Un samedi quelconque, 5 adolescents se retrouvent en retenue, pour des raisons alors inconnues. Ces 5 personnages sont tous très différents, ainsi nous avons Andy, dit le sportif, Brian, le cerveau, John, le rebelle, Claire, la fille à papa, et Allison, la détraquée. Ces 5 adolescents, qui ne se fréquenteraient jamais dans d'autres situations, sont alors obligés de se côtoyer et d'écrire une dissertation, avec comme sujet "Qui pensez-vous être ?", et ce sous l'ordre du tyrannique Richard Vernon. Apprenant alors à se connaître, on se rend rapidement compte que ces 5 ados, que tout semble opposer, sont très semblables en bien des points.

Ted.jpg

Vous rappelez-vous de cette scène dans Scrubs, faisant très clairement référence à la fin du film ?

  Toutes les personnes étant nés dans les années 80 ou avant ne peuvent pas ne pas connaître ce film. C'est le film culte de toute une génération, pour beaucoup c'était la vision de leur propre scolarité qui se reflétait dans ce film, et ça déjà, c'est un bon point. Ce film a compris son époque, et plus particulièrement les jeunes de l'époque. John Hughes n'est pas un vieux con, voulant démontrer que si l'on ne travaille pas à l'école on n'obtiendra rien, au contraire, c'est limite accessoire. Ce que nous montre Hughes c'est ce que l'on peut apprendre à l'école sans pour autant que ce soit de l'arithmétique ou de la physique. Il porte ainsi un regard bienveillant sur les jeunes des années 80, les difficultés dans leur vie sociale, avec leurs parents, etc... Tous ces problèmes, il les traite très efficacement, et c'est l'une des qualités de The Breakfast Club : il n'y a aucune baisse de rythme. On est rapidement emportés dans tous les événements se déroulant durant cette retenue, on s'attache aux personnages lorsque l'on comprend leurs motivations et les raisons qui les pousse à faire ce qu'ils font. Je ne pense pas que la tirade finale ne soit dirigée qu'envers M. Vernon, elle est dirigée vers la société qui essaie de nous faire rentrer dans le moule, à nous formater pour finalement qu'on soit tous identiques.

Final_Scene.jpg

Cette scène, vous l'avez sûrement tous déjà vu.

  The Breakfast Club est, n'en déplaise à SensCritique, un film culte, ça c'est indéniable. Mais il faut comprendre pourquoi il est culte. Il a fait comprendre que peu importe ce que l'on est, il faut simplement s'accepter. Qu'importe nos différences, le plus important n'est pas notre statut sociale ou encore comment les autres nous voient. Après tout, on fait tous partis du Breakfast Club.