Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La virgule de Louis

Flux rss Flux rss des commentaires

#15 Critical-(Web-)Series - Le Visiteur du Futur : Bilan

Le_Visiteur_du_Futur.jpg

  Si nous avions déjà voyagé dans le magnifique univers de web-séries via un article consacré à J'ai Jamais Su Dire Non - disponible ici - et un sur la Théorie des Balls - de nouveau disponible bientôt - mais également par l'intermédiaire de celui-ci, nous ne nous sommes jamais réellement penchés sur les deux cadors du genre : Noob - ça vient, ça vient - et, donc, Le Visiteur du Futur.

  Raph' est un jeune homme comme les autres lorsque débarque dans sa vie un mystérieux visiteur venu du futur, d'où le titre de la série. Si au début la présence de cet individu perturbateur semble le déranger au plus haut point, l'empêchant de pratiquer jusqu'à l'activité la plus anodine - jeter une cannette dans une poubelle, manger une pizza ou un Doowap -, il semble de plus en plus apprécier la présence de cet étrange personnage, et c'est avec son aide qu'il va empêcher la création de la Brigade Temporelle...

  Si la saison 1 suivait un cheminement classique, sans vraiment faire attention aux personnages mais en proposant un fil rouge captivant, la saison 2 suit quant à elle la règle dite de Whedon : "L'histoire au service des personnages" Car si celle-ci est bien plus captivante que la première, de par la différence au niveau des moyens mais également car elle s'intéresse pleinement aux personnages ! Et oui ! Tout en faisant évoluer la trame principal, on comprend de plus en plus la psychologie des personnages, leurs relations, l'évolution de celles-ci. Qui plus est, l'écriture permet de proposer des méchants pas vraiment méchants, et un final de qualité. La Brigade Temporelle revient de façon récurrente, jusqu'à être, à l'avenir, le principal enjeu de la série. À partir de la saison 2, le monde du Visiteur n'est plus qu'un simple petit truc paumé, non, c'est un univers cohérent possédant ses propres règles et ses enjeux. On comprend le fonctionnement de celui-ci instinctivement, et ce via les différentes explications dispersées ici et là.
  Toutefois, ce n'est qu'à partir de la saison 3 que de véritables enjeux se mettent en place, avec la révélation of the dead sur le Visiteur ainsi que la division du groupe des sauveurs du monde. On aurait pu penser la boucle bouclée, l'intrigue du Visiteur terminée avec une conclusion à tout cela et le Visiteur qui obtient enfin son titre de Sauveur qui lui revient de droit. Et c'était sans compter sur la 4ème et dernière saison en format WS, Néo-Versailles. Si les précédentes saisons développaient les personnages, si bien qu'à la fin le seul moyen de plus les développer était de suivre leur évolution durant la saison, celle-ci rajoutait de la matière à l'univers, au background, si vous préférez. On découvre ici un système monarchique assez bancal, mais qui parvient à maintenir le peuple en place, des complots politiques tout aussi bancals et, bien sûr, le besoin de reconnaissance évident du Visiteur. Il se décarcasse à sauver le monde sans que personne ne le sache, héros de l'ombre qui passe enfin sous la lumière des projecteurs. Et cette fin, cette fin qui boucle l'histoire, pour ainsi créer une succession d'évènements ramenant au début de la série. Ouah.

  La réalisation a évolué, tout comme le propos. Durant 4 saisons, François Descraques a crée un univers riche et complet qui n'a pas besoin de 300 spin-offs pour exister. Chaque saison apporte sa pierre à l'édifice, et chaque pierre ne fait que renforcer celui-ci, pour à la fin crée quelque chose de cohérent et qui se suffit à lui-même. Le Visiteur du Futur, du haut de son soi-disant amateurisme, parvient à captiver, et c'est bien ce qu'on lui demande. Alors regardez, parce que si ce n'est déjà fait vous manquez quelque chose.

COMING-SOON

Future_is_a_bitch.jpg

J'ai besoin d'un seau à caca.